Le vieillissement actif, nouvelle cause européenne ! Mais quelle place pour l’emploi des seniors ?


Solidarité intergénérationnelleL’Année Européenne du Vieillissement Actif et de la Solidarité Intergénérationnelle : c’est ainsi que la Commission Européenne pour l’emploi a décrété l’année 2012. Mais que peut-on concrètement attendre de cette initiative pour l’emploi des seniors ?

 

Effet d’annonce ou véritable préoccupation?

Les profondes mutations démographiques qui touchent l’Europe actuellement bouleversent la politique de l’emploi. En France, comme dans plusieurs pays d’Europe, les plus de cinquante ans affluent sur le marché du travail alors que les entreprises ont tendance à leur tourner le dos.

La Commission Européenne a, semble-t-il, décidé de prendre les choses en main avec cette annonce. Au programme : des conférences et des événements, des campagnes, des échanges d’informations et de bonnes pratiques afin de sensibiliser tous les acteurs du marché de l’emploi au Vieillissement actif.

La France avait mis en place dès 2010 un plan d’action senior dont le bilan se fait encore attendre. L’initiative européenne ne s’inscrit pas dans la lignée législative de ce plan, mais vise à créer une culture viable et constructive du vieillissement actif.

La Solidarité intergénérationnelle mise en avant

La question de la solidarité est au cœur de cette initiative puisque d’ici 2030 en Europe, il n’y aura plus que deux personnes en âge de travailler pour un retraité selon l’institut Eurostat. Cela passe donc par un renouveau des rapports intergénérationnels au sein et en dehors de l’entreprise.

Le tutorat, notamment, est une gestion des âges qui prend de l’ampleur au sein des entreprises et permet aux jeunes de bénéficier de l’expérience de leurs aînés. Contrairement à ce qui a souvent été fait auparavant, il ne s’agit pas de favoriser une tranche de la population au détriment d’une autre mais bien de favoriser l’entente entre elles. Néanmoins, le tutorat ne peut à lui seul englober ni tous les secteurs d’activité ni tous les types de métiers et, ne devrait être qu’une piste parmi d’autres pour améliorer les rapports entre jeunes et seniors en entreprises.

Le rapport de la commission a été adopté à l’unanimité par le Parlement mais sera-t-il suivi d’un réel changement des mentalités ?

 

En attendant, la diffusion d’exemples de bonnes pratiques d’entreprises ayant recruté des candidats seniors semble être une façon concrète et rapide pour créer une rupture dans les préjugés qui existent autour de l’emploi d’un plus de 45 ans.

, ,

  1. #1 by ribo on 6 mars 2012

    le désastre humain et financier est déjà bien installé en France,par la faute de décideurs irresponsables. On pourrait penser qu’un ingénieur de 55ans ne s’est pas adapté ? j’ai vu des cadres supérieurs avoir 4 propositions en Allemagne et y partir après avoir fait du porte à porte en France pour trouver du boulot. A noter que le « 55.60ans » est aussi le support familial entre ses propres parents âgés et ses enfants qui continuent leurs études. Le refus des Entreprises de le considérer amène des difficultés dans toutes les générations, sans compter le déficit des organismes qui recoivent moins de cotisations………imbécilité….on peut le dire !

(ne sera pas publié)
*
  1. Pas encore de rétrolien.