Comment les seniors perçoivent-ils leur fin de carrière?


Avec les dernières réformes concernant la retraite, le contrat de génération et les différentes politiques de préretraite, l’emploi des seniors est au cœur de l’actualité ; pourtant, peu d’études se sont concentrées sur le ressenti des seniors confrontés à cette situation.

Une enquête a été menée sur 1000 salariés de 45 ans et plus et les résultats sont étonnants.

Voici ce qu’il en ressort:

  • L’âge souhaité de départ à la retraite

Pour 57% des seniors, il demeure fixé à 60 ans ; 18% se verraient même bien partir avant. « C’est un seuil psychologique, estime Pierre Cassier, responsable régional Rhône-Alpes de Menway Carrières. Au fond, les gens ont parfaitement intégré la nécessité de devoir travailler plus longtemps, du moins chez les cadres et professions intermédiaires. Mais ils ne l’avoueront jamais, car ils auraient l’impression de mettre le pied dans l’engrenage. »

20% des sondés fêteront tout de même leur retraite –à taux plein– à 60 ans (contre 23% dans la précédente vague); 25% partiront à 62 ans (contre 18%); 11% à 65 ans; 8% à 66 ans et plus. Pour un cinquième des répondants, en revanche, la date du taux plein reste un mystère.

  • Les seniors intéressés par la rupture conventionnelle

Une rupture conventionnelle ? Et pourquoi pas ! 59% des sondés de 45 ans et plus pensent qu’ils pourraient être personnellement intéressés par cette forme de rupture amiable (certainement pour 22% d’entre eux, probablement pour 37%). Une porte de sortie que 43% des sondés ont d’ailleurs déjà vue être empruntée par la population senior de leur entreprise.

  • Le contrat de génération, une solution ?

En attendant la fin de leur carrière, les salariés de 45 ans et plus sont toujours majoritairement enclins à penser que le contrat de génération est une solution pour l’emploi des seniors. Ils sont même 63% à être de cet avis dans la tranche des plus de 61 ans. Une idée qui séduit davantage les salariés du public (63%) que ceux du privé (56%). Et qui trouve l’écho le plus important parmi les professions intermédiaires (67%), les ouvriers étant les moins convaincus (55%).

« Le contrat de génération suscite de fortes attentes, confirme Pierre Cassier. Les seniors sont concernés à double titre. Ils y voient un intérêt autant pour eux-mêmes que pour leurs enfants et petits-enfants. »

 

Les seniors auraient donc tendance à vouloir finir leur carrière assez rapidement. Mais pourquoi ? Cette tendance semble être due au manque de reconnaissance au sein de leur entreprise. En effet, 78% des sondés seniors n’ont encore bénéficié d’aucun bilan, rendez-vous de carrière ou aide à l’orientation. Ils sont autant (79%) à n’avoir bénéficié d’aucune promotion, changement de poste ou nouvelle affectation sur un projet depuis trois ans. De quoi en démotiver plus d’un …

 

Source: Notretemps.com

, ,

  1. Pas encore de commentaire.
(ne sera pas publié)
*
  1. Pas encore de rétrolien.