L’Allemagne, un exemple pour l’emploi des seniors


Le marché du travail en Allemagne doit une bonne part de sa robustesse au nombre record de seniors encore actifs. Ils étaient près de 1,5 million à occuper un emploi régulier lors du dernier pointage effectué en septembre 2012 par l’agence fédérale pour l’emploi, qui a publié hier cette statistique. Le fait remarquable est qu’il s’agit d’une hausse de 12,3 % sur un an, dépassant de loin l’augmentation générale du nombre d’actifs, limitée elle, à 1,5 %, pour atteindre 29,4 millions de personnes.

Dans une Allemagne que l’on sait vieillissante et où l’âge de la retraite a été repoussé à 67 ans, le marché du travail des seniors encore actifs tend constamment à progresser. Il a, du reste, plus que doublé si on regarde dix années en arrière, avec 750.000 emplois supplémentaires recensés dans l’intervalle de temps. Depuis 2002, le nombre total d’actifs a crû de son côté de 1,56 million. En d’autres termes, une bonne moitié de la croissance du marché du travail allemand lors des dix dernières années est attribuable à la tranche des 60-65 ans. Durant la même période, le nombre des salariés de moins de 25 ans baissait de 400.000.

Plusieurs facteurs expliquent une pareille intégration des travailleurs âgés, qui est sans égal dans l’Union Européenne si on excepte la Suède. Le facteur conjoncturel joue certes pour la période actuelle, faisant que les entreprises opèrent moins de licenciements et multiplient les d’embauches. Cela profite à l’ensemble du marché du travail.

L’autre raison plus fondamentale tient à la démographie déclinante. Les entreprises doivent composer avec un afflux moindre de salariés venant des générations montantes, tandis que les seniors peuvent encore leur rendre de précieux services, que ce soit sous la forme de CDI ou bien de petits boulots. En s’adaptant à cette donne, « de plus en plus d’entreprises lancent des mesures de formation afin d’améliorer sans cesse le niveau du savoir », déclare Otto Kentzler, président de la fédération de l’artisanat, cité dans la « FAZ ».

Plus de séniors actifs mais aussi plus de seniors chômeurs

Alors qu’il y a en Allemagne un peu plus de 5 millions de seniors âgés entre 60 et 65 ans, 39 % d’entre eux ont un emploi, un sur quatre parmi eux est un fonctionnaire. Mais en même temps, le pays s’inquiète de voir le nombre des chômeurs âgés grimper. Cela est dû en partie à un effet statistique. Le pouvoir politique a décidé il y a quelques années de mettre fin à un dispositif de mise en préretraite qui était financé par l’agence fédérale pour l’emploi. Les seniors écartés des entreprises et payés à ne rien faire étaient jusqu’alors comptabilisés comme retraités, alors qu’ils le sont aujourd’hui comme chômeurs.

Or, les milieux économiques s’accordent à dire que les personnes âgées ont plus de difficultés à retrouver un travail une fois retombées à la case chômage. Les syndicats allemands pointent de ce fait l’injustice d’avoir repoussé l’âge de la retraite à 67 ans, alors qu’il n’y a pas de quoi occuper tous ceux qui doivent travailler jusqu’à cet âge.

, ,

  1. Pas encore de commentaire.
(ne sera pas publié)
*
  1. Pas encore de rétrolien.