Archive pour janvier 2012

Le vieillissement actif, nouvelle cause européenne ! Mais quelle place pour l’emploi des seniors ?

Solidarité intergénérationnelleL’Année Européenne du Vieillissement Actif et de la Solidarité Intergénérationnelle : c’est ainsi que la Commission Européenne pour l’emploi a décrété l’année 2012. Mais que peut-on concrètement attendre de cette initiative pour l’emploi des seniors ?

 

Lire la suite »

, ,

Un commentaire

Lafayette Associés – Témoignage d’une entreprise qui recrute

Fin décembre, l’entreprise Lafayette Associés a déposé une offre d’emploi sur BiTWiiN.com. Gisèle F., 66 ans,  a ainsi été recrutée pour un poste d’assistante administrative, 2 à 3 jours par semaine.

Nous avons donc décidé d’en savoir davantage sur les motivations de Lafayette Associés  pour embaucher un senior, et avons interrogé Jean-Christophe CHAMAYOU, président de l’entreprise.

Lafayette Associés est un cabinet de conseil élaborant des modèles de collaboration entre des structures de l’enseignement supérieur et le monde de l’entreprise.

Ils travaillent par exemple sur des études de positionnement d’écoles d’ingénieurs, de création ou de certification de diplômes.

Monsieur Chamayou a bien souligné qu’il ne cherchait pas à pourvoir un poste mais à recruter des compétences. Son activité se développant, les pôles administratifs et communication devenaient assez lourds, d’où une nécessité de recruter.

Plutôt un senior qu’un jeune

Le poste est en effet particulier : 2 à 3 jours par semaine, ajustable selon les moyens financiers de l’entreprise et ses besoins.

Il fallait donc quelqu’un « avec une certaine maturité, qui puisse comprendre nos contraintes ». Idéalement, donc, un senior voire un retraité.

C’est en tapant « emploi senior » sur Google, que Mr Chamayou découvre le site BiTWiiN.com. Une semaine après, le poste est pourvu !

Employer un senior pour sa disponibilité et sa maturité…Oui, mais pas seulement !

Mr Chamayou constate en effet qu’un senior « va avoir davantage de recul pour comprendre comment s’intégrer en entreprise, grâce à ses nombreuses expériences antérieures. Il va faire preuve d’écoute. »

Enfin, Mr Chamayou constate qu’avoir des salariés de différentes tranches d’âge permet de favoriser une meilleure ambiance de travail. Il observe en effet, « qu’un jeune sera plus enclin à s’opposer à un de ses collègues du même âge qu’à un collègue plus âgé. » Cela peut s’expliquer par le sentiment de compétition que les jeunes actifs ont entre eux.

C’est pour cela que Mr Chamayou est « très attaché au travail intergénérationnel ». Si la plupart des consultants avec lesquels il travaille ont la cinquantaine, il emploie toutefois en parallèle de nombreux jeunes.

Des défauts ?

« On ne peut pas faire de généralités ! C’est surtout une question de personnalité ». Mr Chamayou reconnaît toutefois que si les seniors ont l’avantage de ne plus rien avoir à prouver et d’être donc bien moins focalisés sur leur carrière, cela peut aussi se retourner contre eux.

Ils peuvent en effet être plus réticents au changement et accepter difficilement le débat.

Le processus de recrutement

Nous avons demandé à Mr Chamayou comment se déroulait son processus de recrutement, qui est pour le moins inhabituel.

Après l’envoi d’une première candidature a lieu un entretien téléphonique, lors duquel Jean-Christophe Chamayou s’attache davantage aux compétences du candidat, qu’à son parcours.

Il a en effet conscience qu’arrivé en fin de carrière, il soit fréquent d’avoir eu des « trous dans son CV », car nous connaissons forcément des ruptures.

Il précise enfin les détails de l’activité de l’entreprise et du poste proposé, avant de demander au candidat de renvoyer son CV et sa lettre de motivation.

L’objectif est évident : constater si le candidat a fait preuve d’écoute lors de l’entretien et si, en conséquence, il a su adapter sa lettre de motivation et mettre en valeur sur son CV ses expériences les plus pertinentes.

Lorsque l’entretien a lieu, on peut alors constater des motivations différentes pour leur retour au travail.

Alors qu’on dit souvent des seniors qu’ils n’ont pas d’ambition, Mr Chamayou parle « d’ambition différente » : « les seniors sont plus intéressés par le confort et le bien-être qu’ils vont en retirer. Ils cherchent également de la reconnaissance, à être partie prenante d’un projet ».

Gisèle F. était par exemple très intéressée par le fait d’avoir des responsabilités et de pouvoir être force de proposition.

Nous l’avons contactée pour savoir comment s’étaient passés ses premiers jours de travail et quelles avaient été ses motivations pour reprendre un emploi.

Après un an à la retraite, Gisèle commençait à s’ennuyer. Elle a donc passé un diplôme en psychanalyse et a débuté une nouvelle activité professionnelle.

Toutefois, la crise s’installant, sa clientèle s’est faite plus rare. De sorte que Gisèle ne pouvait plus exercer qu’une fois par semaine.

Enfin, sa retraite de l’éducation nationale n’étant pas « des plus élevées », Gisèle a souhaité retrouver un emploi et a ainsi postulé chez Lafayette Associés.

En dehors de l’aspect financier, Gisèle souhaitait avoir des échanges humains, ce qui correspond tout à fait à l’activité de l’entreprise.

Quelles qualités mettre en avant?

Pour Gisèle, il faut avant tout faire le point sur ses compétences et ses atouts, afin de mettre en avant ce que l’on sait faire.

Il faut également insister sur des traits de caractère caractéristiques des seniors comme la maturité ou l’expérience, et parfois « faire abstraction de ce que l’on voudrait vraiment faire, afin de mettre toutes les chances de son côté pour intégrer l’entreprise ».

 

 

, ,

Pas de commentaire

Quel avenir pour l’emploi des seniors?

L’emploi des seniors aujourd’hui


Malgré des volontés affichées par les pouvoirs publics français et surtout européens de faire progresser l’emploi des seniors, celui-ci tarde à décoller. Alors que Bruxelles avait fixé un objectif de 50% pour les 55-64ans, le taux d’activité des séniors atteint  péniblement 39% en France. Pourtant, différentes mesures ont été mises en place pour faciliter leur emploi et dissuader les pratiques de préretraite. Des dispositifs facilitant le cumul retraite-emploi ont été élaborés et la loi impose désormais aux entreprises de fixer des objectifs chiffrés concernant l’emploi des seniors.

Néanmoins, ces mesures n’ont eu qu’un impact mesuré et certaines entreprises ont encore recours à la préretraite, d’autant plus que la loi permet depuis 2008 des séparations à l’amiable ouvrant droit à 3 années d’indemnisation chômage pour les plus de cinquante ans.

La France est donc encore à la traîne par rapport à ses voisins européens alors même que les candidats seniors en recherche d’activité sont de plus en plus nombreux.

 

Les idées des candidats à la présidentielle

 

La campagne présidentielle devrait apporter son lot d’idée pour remédier à cette tendance : François Hollande a déjà proposé un contrat de génération pour lequel l’entreprise s’engage à conserver un sénior à taux plein jusqu’à sa retraite et d’embaucher dans le même temps un jeune en CDI qui pourrait ainsi bénéficier des compétences et de l’expérience du sénior. Ce contrat donnerait lieu à des exonérations de cotisations sociales pour l’employeur concernant les deux salaires pendant trois ans. La réduction progressive du temps de travail à l’approche de la retraite a aussi été proposée par le candidat socialiste. L’emploi des seniors a été évoqué comme une priorité absolue par l’UMP et Jean-François Copé alors que Marine Le Pen entend réserver 1/3 des embauches de la fonction publique à des chômeurs de plus de 45 ans.

L’emploi en général et celui des seniors en particulier, sera en première ligne de cette élection et concerne une population – et donc un électorat – toujours plus large, que les politiques ne pourront pas se permettre de laisser de côté. Il est donc très probable que cette thématique soit un point central et récurrent des programmes de la campagne présidentielle. Une chose est sûre, les attentes sont nombreuses…

, , , , , , , , , ,

Pas de commentaire

Recruter des seniors, la bonne résolution pour 2012

L’année 2011 fût une période de transition pour l’emploi des seniors.

En effet, le plan d’action senior, entrant en vigueur le 1er janvier 2010, imposait aux entreprises de plus de 300 salariés de mettre en place des mesures de maintien dans l’emploi ou de recrutement de salariés seniors.

Les deux années qui suivirent furent donc l’occasion d’instaurer de nouvelles politiques de recrutement et d’orientation professionnelle au sein des entreprises.

Lire la suite »

, , ,

Pas de commentaire